La Cosmétique made in France : Données descriptives fiables en vidéo


Posted on February 5th, by Benoit in Business. No Comments

La Cosmétique made in France : Données descriptives fiables en vidéo

Pour faire suite au post intitulé “La Cosmétique made in France : Chauvinisme ou Réalité ?” qui expose les raisons de la notoriété française dans l’industrie cosmétique, voici une vidéo fournissant des informations descriptives fiables et pertinentes sur la position de la France dans cette industrie.


La vidéo est une présentation synthétique de la situation de l’industrie cosmétique française établie par Xerfi –  leader des études économiques sectorielles.

Conforme aux idées reçues, l’industrie cosmétique française dispose d’une situation forte et est portée par :

- l’innovation ;

- la marque ;

- la conquête des marchés émergents.

C’est sur ce plan, introduit en début de vidéo, que se fonde la présentation (bien que le premier point “innovation” ne soit pas couvert – hors du champ d’expertise de Xerfi)

La situation confortable de l’industrie française est démontrée par les parts de marché des leaders français, sans oublier de mentionner les distributeurs de l’industrie.

De plus, l ‘image de marque héritée par la culture française – semble-t-il – permet d’assurer des marges importantes préservant ainsi une production française réalisant alors une boucle vitreux (image de marque – marge – production française)

D’un point de vu dynamique, cette situation forte s’explique aussi par un environnement porteur introduisant trois leviers de croissance :

- la segmentation de l’offre (c’est-à-dire : la proposition de produits/services de plus en plus ciblés – qui tend idéalement à des produits individualisés) ;

- le marché des cosmétiques pour homme – ce qui est un exemple du point précédent : segmentation ;

- la demande des pays émergents.

A ce propos, l’appui des chiffres d’exportations annoncés pour la Chine  sont incroyables (augmentation >2000% pour les cosmétiques français).

“C’est bien la preuve que produire en France, exporter et gagner des marchés dans la mondialisation : c’est encore possible”

Une conclusion optimiste qui esquisse un clin d’oeil aux autres secteurs industriels français.