PhotoProtégez-vous ! (Comment se protéger contre le soleil ?)


Posted on February 26th, by Benoit in Conso. No Comments

PhotoProtégez-vous ! (Comment se protéger contre le soleil ?)

Non, cet article n’est d’aucune utilité pour se protéger contre les paparazzi.

Bien que le titre ne soit absolument pas français, cet article vous permettra de mieux comprendre la photoprotection – protection de la peau contre les rayonnements solaires – et de choisir une crème en accord avec vos attentes.

Voici quelques conseils sur le seul produit qu’il ne faut pas oublier lorsque l’on part en vacances.

Bien sûr, la brosse a dent, le dentifrice, le savon, seront évidemment nécessaires. Cependant, il reste assez simple de les trouver dans les commerces locaux sans prendre trop de risques (à moins que vous ne partiez à Svalbard pendant les vacances). Pour autant, il reste un produit qu’il ne faut pas oublier :

la crème solaire.

Et effectivement, lors de mon départ pour Singapour, il me semblait que ma valise était trop légère de 500g, et le premier week-end ensoleillé me l’a vite fait comprendre.

Cet article est principalement fondé sur l’article scientifique intitulé “Ultraviolet radiation protection: current available resources in photoprotection” et téléchargeable en pdf .

Photoprotégez-vous !

Non, il n’y a pas de miracles : les écrans solaires, des vêtements protègeants et certains accessoires (chapeaux, lunettes de soleil…) ainsi qu’une exposition raisonnable au soleil sont les outils essentiels de la photoprotection.

Mais plus précisément, quels sont les risques d’une exposition solaire prolongée ?

Les radiations ultraviolettes, émises par le soleil, peuvent altérer l’ADN, provoquer une immunosuppression, des altérations chimiques et histologiques sur l’épiderme, accèlerer le vieillissement de la peau, et enfin provoquer des cataractes et des cancers, entre autres…

Comment ça marche ?

La lumière solaire est composée d’un spectre continu de radiations électromagnétiques. Ce spectre est divisé en fonction de la longueur d’onde de ces radiations. Principalement, on a :

- les ultraviolets (UV) qui ont une longueur d’onde de 100-400nm

- les radiations du visible (400-780nm)

- et les infrarouges (>780nm)

Les radiations ultraviolettes peuvent être encore subdivisées en 3 types dont vous avez sûrement entendu parler :

- les UV C (100-290nm)

- les UV B (290-320 nm) : responsables de l’atlération de l’ADN et de la carcinogénèse

- les UV A(320-400nm) = énergie plus faible/pénétration plus profonde dans la peau : responsables du vieillissement accéléré de la peau

En arrivant sur la peau, les radiations UV provoquent des actions complexes impliquant la production de dérivés réactifs de l’oxygène.

Voici les trois niveaux de protection dont la protection par des filtres solaires

Protection par le port d’habits et d’accessoires adaptés

Les critères qui comptent pour les habits : la densité (dense), la maille (serré), la couleur (sombre).

En outre, les habits permettent de se protéger aussi contre les UVA, ce que ne permettent pas tous les écrans solaires.

De nouveaux tissus, qui contiennent des particules minérales comme du dioxyde de titane dans leurs fibres, permettent une protection renforcée.

Des accessoires comme les chapeaux, les gants (eh oui, contre les taches de vieillesse), les lunettes, permettent de réduire considérablement l’exposition du corps au soleil.

L’American Academy d’Ophtalmologie recommande des lunettes dont les verres filtres 99% des UVA et 99% des UVB.

Protection environnementale

La couche d’ozone absorbe 100% des UVC, 90% des UVB et une très faible quantité d’UVA, ce qui permet d’agir comme un premier écran protecteur.

Toutefois, lorsque la couche d’ozone tend à s’amenuiser (pollution), le risque de cancer est augmenté. Pour 1% de diminution du taux d’ozone, le risque de cancer est augmenter par 3%

De plus, la neige et le sable réfléchissent les radiations des UV B. La neige peut renvoyer jusqu’à 85% des UV B.

 

 

 

 

Protection par l’utilisation d’écrans solaires

Ces écrans solaires sont des filtres UV qui peuvent inclure des filtres organiques (absorption chimique) ou inorganiques (blocage physique). Leur efficacité est mesurée en SPF (Sun Protection Factor) qui se rapporte uniquement aux radiations UVB.

Les écrans solaires ont pour but d’absorber, de disperser ou de refléter les radiations solaires et ont été mis sur le marché depuis 1928.

Les écrans solaires peuvent être formulés dans les produits cosmétiques variés. Des sticks pour les lèvres, des lotions hydroalcooliques, des aérosols, des huiles, des gels et des crèmes (qui sont des émulsions=les plus efficaces). Les agents actifs dans ces produits sont les filtres solaires qui sont des molécules dont la commercialisation est reglementée au niveau local (la commission européenne autorise l’utilisation de 27 filtres solaires, l’Australie 28…).

L’efficacité des produits est mesurée par des méthodes in vitro et in vivo et évaluée directement par le SPF.

Les filtres solaires inorganiques

Véritable barrière physique de l’ordre du nanomètre contre les radiations UVA et UVB, les filtres inorganiques ont l’avantage d’être non toxiques, et de ne pas interagir avec des filtres organiques. Ils sont souvent considérés comme plus sûrs (pénétration des molécules limitée). Ils sont recommandés pour les personnes ayant des allergies avec certains filtres solaires organiques. Cependant, ils ont en général des caractéristiques sensoriels moins agréables (possible développement d’un film blanc) et présente un transfert plus important sur les habits. Perspectives galéniques intéressantes (encapsulation, etc…)

Les filtres solaires organiques

Les filtres solaires organiques absorbent les radiations UV et les transforment en énergie sans danger pour l’homme. Il s’agit d’une action chimique – contrairement aux filtres inorganiques. Ainsi, leur efficacité est liée à la stabilité photochimique de ces filtres solaires ainsi qu’à leur résistance à l’eau. Ces filtres solaires étant de nature organique, ils peuvent interagir plus facilement avec l’organisme, il faut donc surveiller le risque d’irritation, d’allergie et de passage dans la voie sanguine.

L’utilisation de filtres organiques à toujours été plus commune.

 

Il faut noter que des antioxydants, comme les polyphénols, peuvent aussi présenter des caractéristiques intéressantes dans la formulation d’une crème solaire en réduisant les risques immunitaires, inflammatoires et cancérigènes des radiations solaires.

Enfin, la formulation d’écrans solaires prend de plus en plus en considération les effets des UVA.

Voici un tableau présentant les filtres solaires autorisés par la FDA aux Etats-Unis. Sur le côté, j’ai ajouté la liste INCI d’un produit solaire que j’ai acheté récemment (Biotherm Homme – UV Defense), pour mettre en évidence quel type de filtre solaire il contient.

ListeInci

Bien que les crèmes solaires soient des produits dont le bénéfice pour la santé est indéniable, elles ne sont pas exemptes de toutes controverses. 4 thèmes sont liés à ce sujet – mais qui ne sont EN AUCUN CAS des excuses pour se dispenser de crèmes solaires : les allergies, l’absorption systémique (passage de molécules du produit dans la circulation sanguine), la synthèse de vitamine D (certains produits, en diminuant l’absorption des radiations solaires par la peau, diminue la synthèse de vitamine), les nanoparticules.

“Moi de toute façon, je n’ai jamais de coups de soleil”

Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase. Eh oui, nous ne sommes pas tous égaux face aux radiations solaires… Je relaie donc le message officiel sur la protection. Un guide élaboré par l’ANSM, bien conçu, qui prend en compte la sensibilité de votre peau et les conditions d’exposition.

N’hésitez pas à le télécharger!