Une seconde peau s’il vous plait : Double Wear d’Estée Lauder


Posted on October 15th, by Elma in Conso, Innovation. No Comments

Une seconde peau s’il vous plait : Double Wear d’Estée Lauder

La première revue produit sera consacrée au Double wear d’Estée Lauder et plus précisement à la collection Stay-in-place, teint longue tenue intransférable SPF 10.

Lorsque l’on se ballade dans les rayons des parfumeries, il est impossible de ne pas le remarquer : présentoir, publicité avec mannequin « teint zéro défaut », packaging attirant… La tentation est forte, n’est-ce pas ? Avant de franchir le pas, je me suis posé une question : Mais pourquoi ce fond de teint plaît-il autant aux consommatrices, ou plutôt que peut-il leur apporter ? Heureusement, le hors série numéro 3 de Cosmétiquemag paru au mois d’Août consacre un article aux technologies utilisées pour le maquillage longue tenue, dont la formulation du Double Wear. Je dévore l’article. Après la lecture, je cède, je l’avoue.

Mais quelle est alors la technique de formulation utilisée?

Formulation

Le make-up longue durée (mais attention, confortable!) que se soit pour le teint, les lèvres, les yeux est un réel enjeux auquel les marques doivent faire face. Le Double Wear d’Estee Lauder surfe sur cette tendance.

D’abord, la matrice est formulée à base de polymères high-tech tels les diméthicone copolyol et phényl triméthicone (deux dérivés siliconés). Ainsi, toute sensation de sécheresse ou de tiraillement est évitée car ces matrices possèdent des propriétés émollientes. Il faut savoir qu’un émollient est une substance qui adoucit et assouplit la peau.

Ensuite, une technique d’enrobage des pigments est utilisée pour éviter l’impact des conditions environnementales (stress, pollution, chaleur, soleil…) sur la qualité du produit.

En effet, en enrobant les pigments de dérivés hydrophobes (qui n’aiment pas l’eau) tels que des dérivés siliconés, on diminue la sensibilité du maquillage à la transpiration. Comme la transpiration est essentiellement constituée d’eau, alors la sueur n’intéragit pas avec les composés hydrophobes du produit.

Grâce à cette technique, le maquillage devient en quelque sorte résistant aux agressions extérieures : la couleur, la texture, l’uniformité sont maintenues.

Le maquillage résiste à la chaleur (testé et approuvé à Nice!), sans aucune sensation de sécheresse ou de tiraillement cutané.

Associé à une poudre compact (type Terracotta), le rendu est mat et donne un effet bonne mine que l’on peut moduler en fonction de la saison.

Marketing

Depuis 2010, le visage de Constance Jablonski représente Estee Lauder. Tom Pecheux est le directeur artistique maquillage.

L’association pigments – polymères par une technique d’enrobage n’est finalement pas hors de portée : entre 30 et 40 euros selon le lieu d’achat.

On peut émettre un avis négatif sur le choix du packaging. On apprécie le flacon en verre mais pas l’absence d’un système de distribution du produit.

Résumé


Merci à LeCosmétologue pour nous avoir permis de nous inspirer de son tableau :)